SaintMicheldeBellechasse.com  

Père Benoît Lacroix

Benoît Lacroix, fils de Caïus Lacroix et de Rose-Anna Blais, né Joachim Lacroix le 8 septembre 1915 à Saint-Michel-de-Bellechasse, Québec, et mort à Montréal le 2 mars 2016 à l’âge de 100 ans, d’une pneumonie.

Prêtre dominicain, théologien, philosophe, médiéviste et professeur québécois. Il est aussi connu pour son analyse de l’œuvre du poète et écrivain québécois Hector de Saint-Denys Garneau.

Issu d’une famille de cinq enfants, il fait son cours classique au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière où il obtient en 1936 un baccalauréat en arts ; la même année, il entre au Noviciat des Dominicains à Saint-Hyacinthe. Ordonné prêtre chez les dominicains (O.P.) le 5 juillet 1941, il obtient une licence en théologie du Collège des Dominicains à Ottawa en 1941, un doctorat en sciences médiévales de l’Institut d’études médiévales de Toronto en 1951, puis il fait ses études postdoctorales à l’École pratique des hautes études à Paris en 1952-1953 et à l’université Harvard, Cambridge en 1959-1960, grâce à une Bourse Guggenheim. Il enseigne à l’Institut d’études médiévales de l’Université de Montréal (1945-1985), dirige cet Institut (1963-1969) et il est professeur invité aux universités de Kyoto (Japon), de Butare (Rwanda) et de Caen (France). Il célèbre 75 ans de vie religieuse en 2012.

Après son entrée chez les Dominicains, Benoît Lacroix souhaite partir en mission et faire ses études de liturgie en Europe. Mais la Deuxième Guerre mondiale en Europe met un frein à cette ambition. Il se rend plutôt à l’Institut pontifical d’études médiévales de Toronto. Et c’est là qu’il bénéficie du mentorat d’Étienne Gilson, qui l’oriente vers l’historiographie. Sa thèse porte sur « Les Débuts de l’historiographie chrétienne ». Un autre maître le marque, Henri-Irénée Marrou, qui préface son recueil « L’Histoire dans l’antiquité (1951) », un florilège suivi d’une étude des grands historiens grecs et latins, Polybe et Lucien, surtout.
Il quitte l’Université en 1981, pour travailler comme auteur, animateur, prédicateur, communicateur, professeur invité, consultant.
Il fonde, en 1968, le Centre d’études des religions populaires.

De 1968 à 1971, le Centre publie douze « Cahiers d’études des religions populaires » et il organise, de 1970 à 1982, onze colloques universitaires sur les formes de la religion populaire chez les catholiques francophones au Québec, en Ontario et en Acadie.
En 1982, participe à l’organisation d’un colloque international sur l’étude de la religion populaire
De 1973 à 1976, Benoît Lacroix occupe la chaire d’études québécoises à l’Université de Caen.
De 1980 à 1986, Benoît Lacroix se joint au comité scientifique de l’Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC) et assume notamment la direction d’un groupe chargé d’un vaste programme de recherche sur la religion populaire.
Au fils des ans il reçut plusieurs honneurs :

  • 1959 –Bourse d’études de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation
  • 1971 - Membre de la Société royale du Canada
  • 1971 - Membre de l’Académie des sciences morales et politiques
  • 1981 - Prix Léon-Gérin
  • 1982 - Membre de la Société des Dix
  • 1985 - Officier de l’Ordre du Canada
  • 1987 - Médaille Pierre-Chauveau
  • 1990 - Doctorat honoris causa de l’Université de Sherbrooke
  • 1991 - Chevalier de l’Ordre national du Québec
  • 1996 - Grand officier de l’Ordre national du Québec

La bibliothèque du village natal de Benoît Lacroix a été nommée en son honneur à Saint-Michel-de-Bellechasse.
S’intéressant à la littérature, à l’art et à l’histoire. Il publie ses premiers textes dans La Revue Dominicaine.

De 1987 à 2010, il écrit et publie dans Le Devoir plusieurs essais qui s’expriment en des termes poétiques et spirituels, souvent reliés au printemps et à la fête de Pâques.

Figure marquante de la culture québécoise il a écrit aussi divers ouvrages :

Religions populaires :

  • Les religions populaires. Colloque 1970, (1972), Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1972, 154 p., PDF 
  • Les pèlerinages au Québec, Québec, Les Presse de l’Université Laval, 1981, 160 p. Pietro Boglioni et Benoit Lacroix, 
  • La Religion de mon père, Montréal, Bellarmin, 1986, 306 p. (ISBN 9782890075948)
  • La foi de ma mère, Montréal, Bellarmin, 1999, 558 p. (ISBN 9782890078925)
  • Religion populaire au Québec. Typologie des sources : bibliographie sélective (1900-1980, Québec, Éditions de l’Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC), 1985, 175 p.), Benoit Lacroix et Madeleine Grammont En collaboration avec Lucille Côté. Préface de Jean Simard.
  • Religion populaire, religion de clercs?, Québec, Éditions de l’Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC), 1984, 444 p. (ISBN 978-2892240382), Benoit Lacroix et Jean Simard

Spiritualité

  • Sainte Thérèse de Lisieux et l’histoire de son âme, (sous le pseudonyme Michel de Ladurantaye), Ottawa, Montréal, éd. du Lévrier, 1947, 155 p.

Ce pseudonyme, formé du nom des deux paroisses voisines de son enfance, il l’utilisera aussi dans La Revue dominicaine, semble-t-il , « pour protéger l’image de savant que lui conféraient ses études doctorales à l’Institut pontifical de Toronto! ».

  • Compagnon de Dieu, Montréal, éd. du Lévrier, 1961, 365 p.
  • Le Rwanda : mille heures au pays des mille collines, Montréal, éd. du Lévrier, 1966, 96 p.
  • Folklore de la mer et religion, coll. « Connaissance », Montréal, Leméac, 1980, 119 p.
  • Célébration des saisons, Québec, coédition Anne Sigier et Centre Alpec, 1981, 140 p.
  • Paroles à des religieuses, Montréal, Fides, 1985, 254 p.
  • Musée des religions de Nicolet, en collaboration avec Michel Lessard, Catherine Elbaz, Anne MacLaren et Jean Sunard, Montréal, septembre 1986, 431 p.
  • Nous sommes un peuple en marche, carnet d’Avent 1986, Québec, Vie liturgique, 1986, 64 pages
  • Dieu qui nous appelle à vivre, carnet du Carême 1988, Québec, Vie liturgique, 1988, 64 p.
  • Silence, accompagné d’un dessin de Chantal Lévesque, Montréal, éd. du Silence, 1989
  • Dieu fait les premiers pas, carnet du Carême 1991, Québec, Vie liturgique, 1991, 64 p.
  • Jeunes et croyants, Montréal, éd. Paulines et Médiaspaul, 1991, 93 p.
  • Célébration des âges et des saisons, Québec, éd. Anne Sigier, 1993, 149 p.
  • Amour, Montréal, éd. du Silence, 1995
  • Rumeurs à l’aube, Fides, 2015, 278 p.

Histoire et philosophie

  • L’historien au Moyen Âge, Paris : Librairie J. Vrin ; Montréal : Institut d’études médiévales, 1971, 301 p.
  • Orose et ses idées, Paris : Librairie J. Vrin ; Montréal : Institut d’études médiévales, 1965, 235 p.
  • « Pourquoi aimer le Moyen Âge ? », Montréal, L’Œuvre des tracts, 367, 1950, 15 p.
  • Les débuts de l’historiographie médiévale, thèse de doctorat (sciences médiévales), Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto, 1951, 274 p. dactyl. Prix de la Province de Québec, 1952
  • Les débuts de l’historiographie chrétienne: ses origines, son esprit, ses méthodes, Institute of Mediaeval Studies of Toronto, 1950, 274 p.
  • L’histoire dans l’Antiquité, florilège suivi d’une étude, préface de Henri-Irénée Marrou, Paris : Librairie J. Vrin ; Montréal : Institut d’études médiévales, 1951, 252 p.
  • Lionel Groulx, coll. « Classiques canadiens », Montréal et Paris, Fides, 1967, 96 p.
  • « Lionel Groulx cet inconnu ? », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 32, no 3,‎ 1978, p. 325-346 

Poésie et littérature

  • Saint-Denys Garneau, coll. « Classiques canadiens », Montréal, Fides, 1956, 95 p., nouvelles éditions 1967 et 1969, 96 p.

Provenance du texte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Benoît_Lacroix

 

Nos coordonnées

Info-lettre

Inscrivez-vous à notre info-lettre et restez informé!