SaintMicheldeBellechasse.com  

Fabrique

Presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse ​​

105, rue Principale
Téléphone :​418-884-2333

Feuillets paroissiaux à télécharger:



Le début de Saint-Michel remonte à 1678, alors que le territoire faisait partie d'une immense paroisse sans titulaire ou saint patron que Mgr de Laval avait érigée. Cette paroisse, qu'il ne faut pas comprendre au sens de celles d'aujourd'hui, couvrait les habitants de nombreuses seigneuries de la rive sud, allant jusqu'à Rivière-du-Loup. Un registre ouvert à l'Islet en 1681 portant sur la côte du sud comporte des éléments de la seigneurie de la Durantaye et le registre de Pointe-Lévy en comporte aussi de nombreux. Située entre les seigneuries de Beaumont et de Berthier, celle de la Durantaye avait été concédée à Olivier Morel de la Durantaye en 1672. En 1693, une paroisse distincte est érigée dans cette seigneurie sous le nom de Saint-Laurent-de-la-Durantaye, avec ouverture des premiers registres actuellement conservés à Beaumont. Cinq ans plus tard, ce nom sera changé en celui de Saint-Michel-de-la-Durantaye. Désigné curé de la paroisse en 1700, l'abbé Joseph-Martin Turpin s'installe dans une laiterie, petit bâtiment mis à sa disposition par Jacques Corriveau et l'aménage en chapelle-presbytère.

 

En 1702, une première chapelle dédiée à Sainte Anne est bâtie sur la terre du même Corriveau. On la situe aujourd'hui à l'est de l'école « La Ruche » de Saint-Vallier, entre le chemin et le fleuve. Le récollet Hilaire, qui succède à l'abbé Turpin, continuera toutefois d'habiter la maison de Corriveau. Cependant, érigée dans le bas de la paroisse, à l'est de la rivière Boyer, la petite chapelle Sainte-Anne est difficilement accessible à ceux qui vivent à l'ouest de la rivière. La décision de construire un pont pour relier les rives étant continuellement repoussée, l'évêque décide en 1714 de scinder le territoire de la paroisse Saint-Michel-de-la-Durantaye pour créer une nouvelle paroisse, à l'est de la rivière, sous le nom de Saint-Philippe et Saint-Jacques. Voyant venir cette décision, les habitants de Saint-Michel de la Durantaye se dotent en 1712 d'une chapelle sur un terrain donné par le cultivateur Louis Lacroix, à l'ouest de la rivière et d'un presbytère trois ans plus tard. En 1736, sur ce site même, au cœur du village actuel de Saint-Michel, une église ouvre ses portes, pour remplacer la chapelle en pierre devenue trop petite. Un nouveau presbytère est également construit en 1739. Il fut maintes fois agrandi, pour devenir celui que nous connaissons aujourd'hui. En 1759 l'église fut saccagée par les Highlanders au cours d'une opération militaire; elle sera réparée dans les années qui suivront la Conquête, mais les travaux de réfection de la sacristie ne seront achevés qu'en 1795. En 1806, un premier incendie détruit cette église. Toutefois, quatorze mois plus tard, la troisième église est construite et la sacristie rapidement aménagée.

Dépourvues de chauffage, les églises vieillissent rapidement. Celle de Saint-Michel n'échappe pas à la règle avec ses vieux murs de pierre qui se lézardent. On décide donc de construire à nouveau. La première pierre est posée en 1857, et les gros travaux exécutés en 1858. La finition intérieure sera complétée en 1870. Un deuxième incendie, celui-là venu du ciel, rase l'édifice en 1872. La même année, l'église actuelle sera édifiée, devenant ainsi la cinquième église de la paroisse Saint-Michel-de-la-Durantaye, abstraction faite de celle de 1702. La municipalité de paroisse de Saint-Michel de la Durantaye est créée en 1845. En 1992, elle prend le nom de Saint-Michel-de-Bellechasse, en référence au comté créé en 1791.

L'église a été édifiée d'après les plans de l'architecte Joseph-Ferdinand Peachy, qui date de 1872. De forme rectangulaire, elle comporte un chœur en saillie, une abside en hémicycle et une voûte formant un arc surbaissé. À l'extérieur, la façade et les murs sont couverts de pierre où on a installé pour la mémoire quelques pierres de l'ancienne église, dont une indique l'année 1858. À l'avant de l'église trône une réplique la statue de l'archange St-Michel. (Source : Société historique de Bellechasse et Répertoire du patrimoine culturel du Québec)

 

Orgue Napoléon Dery

En 1897, les paroissiens de Saint-Michel dotaient leur église d’un bel orgue de dix-sept jeux de Napoléon Dery. Cet instrument est probablement l’Opus 14 de Dery et son dernier. À Saint-Michel, le plénum est brillant, les anches ont du caractère, les flûtes sont limpides et les jeux étroits ont de la présence. Ces qualités, jointes à une composition sonore relativement riche, confèrent à l’orgue de Saint-Michel une aptitude particulière à traduire le répertoire de diverses époques. La firme Juget & Sinclair a procédé à une restauration majeure en 2015; projet initié par la fabrique de Saint-Michel.

 

Presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse

105, rue Principale

Construit en 1739, le presbytère de Saint-Michel est situé dans un lieu enchanteur avec une vue sur le fleuve qui fait l’orgueil de ses paroissiens. Cet édifice de 50 pieds x 35 pieds, d’un étage et demi de hauteur auquel est venu s’ajouter en 1790 une annexe de 25 pieds, demeure un fidèle témoin de notre vie religieuse. Survivant du passage de l’ennemi en 1759, il conserve aujourd’hui une apparence qui, avec ses dix lucarnes et ses quatre cheminées sort vraiment de l’ordinaire. Quel beau joyau!

 

Réplique de la statue de l'archange St-Michel

105, rue Principale


La statue en bois du grand archange saint Michel, terrassant le dragon, est l’œuvre du sculpteur Louis Jobin (1845-1928).
Située en face de l’église, elle protège les fidèles depuis près d’un siècle.

Dans nos armoiries, section du haut le vol, les ailes et l’étoile rayonnante, on y fait aussi référence : les ailes représentant le saint patron de la paroisse.

 

CHAPELLE NOTRE-DAME-DE-LOURDES

31, rue Principale

Cette chapelle de style néogothique a été construite sur un cran rocheux en bordure du fleuve Saint-Laurent à l'initiative du curé N. Laliberté. Avec sa grotte et son reposoir, elle constitue un lieu de pèlerinage très fréquenté. Depuis sa construction en 1879, une procession aux flambeaux a lieu chaque année lors de la fête de l'Assomption de la Vierge. On rapporte qu'en 1886, l'évènement n'attira pas moins de 6 000 personnes.

À l'intérieur, le tombeau du maître-autel contient un groupe de statuettes dans leur niche représentant saint Isidore, saint Anselme, saint Joseph, saint Charles-Borromée et saint Louis-de-France. (Source : Société historique de Bellechasse et Répertoire du patrimoine culturel du Québec)

 

CHAPELLE SAINTE-ANNE 

127, rue Principale


Située dans la partie est du village, cette chapelle de procession construite par l’abbé Joseph-Aimé Bureau, d’après les plans de Chevalier.

Érigée en 1905, cette chapelle est qualifiée d’exceptionnelle par sa valeur patrimoniale. De style néo-classique, on y retrouve: 3 versants droits recouverts de toile à la québécoise, un clocher, des planches verticales, des bardeaux de cèdre, un portail avec imposte vitrée et corniche, planche cornière, galerie, oculus et chambranle. À l’intérieur, on y retrouve un autel en forme de tombeau à la romaine vieux de 200 ans. Il vient du mobilier de la toute première chapelle où le bourg de Saint-Michel a pris forme.

Cette chapelle sise à l’extrémité est du village en est une dite de procession, mais elle servait principalement à la dévotion à Ste-Anne.

Chaque année, les paroissiens venaient y faire du 15 au 26 juillet la neuvaine préparatoire à la Fête de Ste-Anne.

On la nomme souvent « La petite chapelle en Art », car on y accueillit des artistes durant de nombreux étés.

 

 

Nos coordonnées

Info-lettre

Inscrivez-vous à notre info-lettre et restez informé!
Vous pouvez annuler votre inscription à tout moment.